Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 18:40

Hola amis de la salsa cubaine !

 

Temps pourri sur toute la france !! C'est désastreux ! Il faut vraiment faire quelque chose !

Pour faire revenir le soleil, rien de tel que Agua Pa Yemeye du groupe Elito Revé y su orchestra.

Elito Revé est le fils et actuel leader du groupe Elio Revé Jr y su Charangon, dont le fondateur est le très célèbre Elio Revé Matos, percussionniste (timbalero) et compositeur cubain né le 23 juin 1930 à Guantánamo, surnommé le « père du changüí », à cause de son grand apport à ce genre musical.

 

La musique est terrible : c'est de la vraie bonne timba ! Et le clip chaud...chaud...chaud...

 

Repost 0
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 22:07

Hola salseros !

 

Je vous propose aujourd'hui un morceaux de salsa Colombienne que j'adore ! Il s'agit de Cali Pachanguero du Grupo Niche. Cette chanson est une ode à la ville de Cali, où "lo demás es loma" (comprendre : toutes les autres villes ne valent rien!).

Cali, "capitale Colombienne de la salsa", n'a cessé d'inspirer les artistes du monde entier; on compterait plus d’une centaine de chansons qui lui rendent hommage...

Cali Pachanguero reste cependant un des tubes les plus écoutés de Colombie. Du pur bonheur !

 

Hasta luego ! 

Repost 0
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 22:17
oscar d'leonAgé de 67 ans Oscar D’Leon (Oscar Emilio Leon Dionisia) est considéré comme l’un des meilleurs « Soneros » du monde, il est sans doute aussi l’un des (le) plus aimés.

Au timbre exceptionnel de sa voix s’ajoute un grand talent d’improvisateur, notamment à la contrebasse. Le vénézuélien est né le 11 juillet 1943 à Caracas. Il est employé de taxi lorsqu'il commence à donner ses premiers concerts dans des clubs de sa ville natale.

En 1972 il participe à la fondation du groupe mythique Dimension Latina avec lequel il réalise 6 albums avec des morceaux célèbres comme Pensando en ti ou encore le méga-hit Lloraras. Autodidacte, il est doté d’une oreille musicale exceptionnelle, qui fait de lui un contrebassiste reconnu. Il est également doué pour les arrangements musicaux. De Mais son plus grand atout est une voix unique, reconnaissable entre mille, inspirée par les soneros cubains tels que Beny Moré pour ne citer que l'un des plus connus.

En 1977, il quitte Dimension Latina pour créer son propre orchestre La Salsa Mayor, puis plus tard, une autre formation nommé La Critica. Des morceaux comme Monta mi caballo, A el ou Que cosa tan linda sont des tubes qui percent au Vénézuella et dans toute l’amérique latine et les caribes. Il crée ensuite une formation qu’il nomme Oscar D'Leon y su orquesta.

Au début des années 90, Il entre chez RMM Records, le fameux label new yorkais. L'occasion lui est donné de pouvoir enregistrer des morceaux avec d'illustres artistes tels que Celia Cruz, Jose Alberto « el Canario » ou encore Tito Puente.

Oscar D'Leon reste l'un des meilleurs soneros en activité aujourd'hui. Il n'a rien perdu de sa prestance ni de sa formidable virtuosité sur scène, ce qui lui vaut d'être encore l'un des artistes les plus importants de la musique latine.

Repost 0
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 13:16

willie-colonD'origine portoricaine, Willie Colón (William Anthony Colón Román) est né le 25 avril 1950 dans le Bronx. Considéré comme l'un des pionniers de la salsa, il est à la fois directeur musical, compositeur, producteur, chanteur et tromboniste.

 

En 1967, alors qu'il n'a que 17 ans, il signe avec Fania et enregistre son premier album "El Malo". Ses compositions "Jazzy" et "I wish I Had a Watermelon" deviennent très vite des tubes.

Il commence une collaboration fructueuse avec Héctor Lavoe, chanteur d'origine portoricaine, avec qui il enregistre 14 albums, jusqu'au milieu des années 1970.

 

Willie Colon introduit dans la musique latine et dans le latin-jazz des influences extra-cubaines. Ses albums sont appréciés pour leurs influences pluri-culturelles : chansons enfantines d'Afrique, musiques du Brésil, de Cuba, des Caraïbes ou du Panama. A travers ses compositions qui abordent tous les thèmes, de la criminalité jusqu'à la politique, il développe le concept de salsa engagée..

 

A la fin des années 1970, il écrit la première salsa symphonique pour un ballet télévisé.

A la même époque il commence à collaborer avec la chanteuse Celia Cruz et il produit des albums pour Rubén Blades qui vont rencontrer un grand succès.

En 1981, il obtient un disque d'or pour son album "Fantasmas.

Dans les années 1980, il part en tournée en Europe et enregistre des chansons pour d'autres compositeurs, notamment pour Jacques Brel.

A la fin des années 1980, il produit un album pour Celia Cruz et pour Héctor Lavoe et obtient un hit avec "Set the Fire to Me".

Il collabore également au très populaire et controversé album de musique latine 'The Rose Tattoo (Tatuaje..)' de David Byrne.

Repost 0
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 12:55

AFRICANDOAfricando est un projet musical né en 1990 qui réunit des musiciens de salsa New Yorkais avec des chanteurs sénégalais. 

 

Africando a été initié par le producteur Ibrahim Sylla en provenance de Côte d'Ivoire et par l’arrangeur malien Boncana Maiga de Fania All Stars.  Les premiers musiciens du groupe étaient : Pape Seck (ex-Star Band), Nicholas Menheim (associé de Youssou N'Dour), et Medoune Diallo (anciennement avec l'Orchestre Baobab). 

 

Les deux premiers albums, "Trovador" (1992) et "Tierra Tradicional" (1993), ont connu un grand succès aussi bien en Afrique que dans le reste du monde.

 

Par la suite, des musiciens d'autres pays africains (Tabu Ley Rochereau, Koffi Olomide, Salif Keita, Sekouba Bambino et Thione Seck) ont rejoint le groupe qui prend le nom de : Africando All Stars, et enregistre l'album "Mandali", qui est l'un des meilleurs d’Africando.

L'objectif était de fusionner les rythmes salsa des deux côtés de l'Atlantique, en s’appuyant principalement sur la tradition de la salsa africaine.

Tandis qu’au début, les chansons sont des classiques latino-américain chanté en langue wolof ou un mélange de wolof et en espagnol, les nouvelles chansons sont des classiques africains, reécrits avec des rythmes et instruments latins. 

 

Le groupe reprend le nom d’Africando  en 2003 et enregistre l’album "Martina" en hommage aux mères, sœurs, épouses et petites amies comprennant Ismael Lo du Sénégal et, d'une reprise de référence Papa Wemba, Nyboma et «King» Kester Emeneya.

 

Le dernier enregistrement de Gnonnas Pedro est la chanson Ketukuba titre de l’album enrégistrée en 2006 - il décède avant que le CD ne soit diffusé.  Le même sort frappa Alfredo Rodriguez, qui a arrangé 3 titres de l'album.  Avec l'accent mis sur les liens entre Cuba et l'Afrique, Ketukuba comprend une version latine de Mario de Franco, chantée par Madilu System, et la chanson de Joe, King Nina Nina, déjà rendue célèbre par la Fania All Stars.

 

Vous avez pu voir Africando au festival de Vic Fezensac en juillet 2007 avec les musiciens :

 

  Amadou "Ballake" Traore, chant

  Mamadou Bassirou Sarr, chant

  Fata Dieng, chant

  Sekouba "Bambino" Diabate, chant

  Miguel Gomez, direction musicale

  Edwin Sanz, congas

  Miguel "Puntilla" Rios, bongo et cloche

  Franklin Lozada, piano

  Guilermo Fellove, trompette

  Philippe Slominski, trompette

  Jean-Louis Diamant, trombone

  Philippe Henry, trombone

  Alain Deshayes, baby bass

  Jean-Pierre Ismaël, timbales











Repost 0